Contenu | Menu | Recherche

La société pardonne souvent au criminel, jamais elle ne pardonne au rêveur (O. Wilde)

Stock Ships

.

Références

  • Gamme : Star Wars D6
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Catalogue
  • Editeur : West End Games (WEG)
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 1997
  • EAN/ISBN : 0-87431-509-3
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 64 pages à couverture souple + 4 planches cartonnées en couleurs.

Description

Stock Ships est un catalogue de vaisseaux de taille intermédiaire allant du yacht spatial au transporteur commercial.

L'introduction (3 pages) donne quelques conseils sur l'utilisation de cet ouvrage et des vaisseaux présentés ainsi que sur les modifications qu'on peut leur apporter. Elle propose ensuite une lexique détaillé expliquant les nombreux termes utilisés dans ce livre pour décrire les vaisseaux, et notamment leurs différentes sections.

Le reste de l'ouvrage comporte quinze sections de 4 pages décrivant chacune un appareil. La première page de chaque section fournit une description générale du type d'appareil, de son origine et de ses capacités. Une double page présente ensuite un plan détaillé de l'engin, quadrillé et légendé. Enfin la dernière page de chaque section décrit un appareil spécifique, son histoire et son équipage ; elle donne également quelques pistes d'aventures avant de donner les caractéristiques techniques détaillées de l'appareil.

Les quatre planches cartonnées fournies avec le livre son destinées à être découpées en seize cartes présentant chacune au recto une illustration en couleurs d'un des appareils décrits, et au verso ses caractéristiques techniques. La dernière carte est un fac similé de permis de pilote.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 6 avril 2010.

Critiques

Jedi  

Super supplément pour varier des éternels YT1300 et GHtroc même si les PJ préfèrent souvent le YT1300 malgré tout.

Les descriptifs des compagnies de construction, et sur la conception sont assez chouettes et permettent de reprendre certains éléments pour les mettre dans la bouche d'éventuels PNJ bonimenteurs / vendeurs de vaisseaux. 

Par contre, il y a 2 critiques à faire :

1) manque d'harmonie et de cohérence entre le descriptif et les caractéristiques. Il est par exemple écrit dans le descriptif que le système d'armement est super bien conçu et performant, ... mais la visée est à 2D. Ou alors : certains ont des descriptifs de senseurs performants mais leurs caracs sont pareilles que les autres transports. 

Question harmonie, certains transports sont super bons et pas chers. D'autres sont nuls et chers. Il est un peu expliqué pourquoi, mais ça ne rend pas les disparités cohérentes et on voit mal pourquoi certains vaisseaux pourraient avoir du succès.

2) Il manque un chapitre de règles optionnelles ou de conseils pour permettre aux MJ d'exploiter un peu plus en finesse les caractéristiques et descriptifs : 

Qualifier les navordinateurs par des bonus d'astrogation, ou bien des rapidités de calcul ? permettrait de rendre compte des soit disant "bons" navordinateurs des mauvais.

Décrire le potentiel de modification : les points d'armement / tourelle possible, les bonus aux ajouts d'équipement prévus mais pas en série... Ca justifierait pourquoi le YT1300 par exemple est si cher malgré une maniabilité à 0D et des écrans absents ; il est peut être super adaptable comparé à d'autres ?

Pb de gestion d'énergie / générateur / quantité d'équipement : seul l'encombrement semble limiter les ajouts d'équipement. Il devrait pourtant y avoir un potentiel limité par l'énergie disponible, par exemple des points d'énergie potentielle que chaque 1D d'écran ou de dégâts d'arme laser viendrait épuiser. Un YT1300 par exemple pourrait n'avoir pas d'écran de base, mais avoir un générateur généreux qui permette de lui en ajouter, ou d'ajouter des armes sans avoir à rajouter un générateur plus puissant. C'est ce qui expliquerait que certains vaisseaux sont dimensionnés au plus juste et n'offrent pas de modif facile.

Gestion du cockpit et de l'équipage requis : certains ont été faits pour l'autonomie et le pilotage seul. D'autres demandent 2 ou 4 équipages. Il faudrait détailler plus finement le rôle et le pourquoi 1, 2 ou 4. Des automatisation partielles, des ergonomies de contrôles et commandes, des interfaces modulables et plus ou moins sophistiquées permettraient de justifier les différences et les coûts associés à la réduction de l'équipage requis.

Des règles sur les senseurs : il n'y a aucune finesse dans les caractéristiques ou les règles pour les faire fonctionner. Je suppose que jouer des radaristes / sonar un peu finement ennuie la plupart des joueurs, mais pas les miens. La plupart des romans (Timothy Zahn en particulier) offrent de plus une belle part à l'aspect cache cache et réglage en finesse des balayages sonars pour maintenir le suspence et l'ambiance.

 

Au final, ce supplément offre de quoi mettre un peu de diversité et d'ambiance, mais l'absence de règles assez fines empêche d'exploiter à fond ces différences dans le jeu.

Critique écrite en février 2023.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques